Comme tous les psychologues, je dispose d’un Master 2 en Psychologie, spécialité psychologie clinique et psychopathologie. Ma formation me donne une vision intégrative de la psychologie, incluant ainsi dans mon approche des théories psychanalytiques, humanistes et des notions de psychologie du développement et de neurosciences.

J’ai eu l’opportunité d’exercer la fonction de psychologue envers de publics variés : auprès d’adultes hospitalisés en psychiatrie ; en service ambulatoire d’addictologie ; en services extrahospitaliers pour enfants ayant des troubles de comportement et handicaps légers ; auprès d’étudiants dans une démarche de prévention de la souffrance psychique ; dans des groupes de parole pour personnes souffrant d’obésité et également auprès de personnes âgées en convalescence.

Il m’arrive ainsi d’accompagner régulièrement dans le cadre libéral des personnes en souffrance, avec des problématiques de deuil ; de dépendance comportementale ou à des substances ; de dépression ; de difficulté dans la confiance en soi ou l’estime de soi, ou victimes d’expériences traumatiques. J’accompagne aussi des personnes dans des questionnements liés à des phases particulières de la vie : devenir parent, devenir adulte, changements professionnels ou relationnels…

En tant que clinicien, je crois que nos souffrances et nos symptômes nous révèlent souvent des indices sur notre propre façon d’être au monde, sans que nous en ayons toujours conscience. Une partie de nous-même nous échappe, mais elle laisse tout de même des traces qui peuvent resurgir dans un travail thérapeutique. Elles permettent ainsi de se saisir d’une partie de soi avec laquelle on peut « faire la paix ». Je me place ainsi comme accompagnateur, dans un cadre de confidentialité et de non-jugement. Ensemble nous resituons dans votre histoire de vie, ce qui vient vous heurter au présent, et créer cet espace où peuvent se dire librement tout ce qui vous traverse et qui reste très souvent silencieux.